La référence en matière d’usage, de vie des bâtiments, d’Architecture, d'Aménagement intérieur, d'Art & Design et de Décoration
qui s’adresse aux professionnels de l’immobilier, aux architectes, architectes d’intérieur, concepteurs de mobiliers, aménageurs, utilisateurs…

La revue du pouvoir des lieux, des univers de l’immobilier B to B et de l’aménagement intérieur.

Haut

Le design du chez soi débarque au bureau

Comment un canapé, une bibliothèque, une suspension, un tapis, du papier peint et quelques objets vintage transforment-ils un espace de travail ? Le « comme à la maison » a révolutionné bien des secteurs du retail à l’hôtellerie, séduisant les « millennials » à la recherche d’une nouvelle « mélodie du bonheur ».

Aujourd’hui plus que jamais, les environnements de travail spécialement dessinés pour l’entreprise se détournent du mobilier standard. Le phénomène n’est pas nouveau, Vitra l’avait compris dès les années 1990. Pionnière en la matière, l’exposition « Citizen Office » au Vitra Design Museum ouvrait le débat en 1993 avec les designers italiens Andrea Branzi, Michele De Lucchi et Ettore Sottsass. Isabelle de Ponfilly, directrice de Vitra France, explique : « Nous avons toujours poursuivi des recherches très en amont sur les changements de vie pour créer des produits utiles. Cette réflexion sur les nouveaux modes de travail nous a menés dans les années 1990 au concept “Citizen”, qui considère le collaborateur comme un citoyen autonome et responsable, ce qui n’était pas le cas à l’époque. Libre, il n’était plus obligé d’être assis derrière son bureau. Nous avions anticipé le changement des outils, la disparition des câbles et postes fixes, et cette tendance à ne plus être prisonnier de sa position de travail. C’est ainsi que la collection “Home” a été créée en 2002 pour enrichir au départ l’environnement trop austère du travail, préfigurant cette tendance du “comme à la maison”. »

Dès septembre 2018, Steelcase propose une collection exclusive de mobilier design Bolia, fabricant et designer de mobilier contemporain danois. Sofas, fauteuils et tables de la marque scandinave s’associent aux aménagements Steelcase pour offrir des espaces de travail aussi chaleureux que chez soi.
Home… work

Du collaborateur citoyen au collaboratif, il n’y a qu’un pas. Ainsi, en 2002, le numéro un mondial de l’espace de travail Steelcase lance sa marque Coalesse pour proposer des gammes de mobiliers donnant vie à une collaboration créative. S’inspirant de l’univers de la maison et conçus par des designers de réputation internationale, les divers produits jouent la couleur, l’ambiance lounge et de nouvelles postures plus « décontractées ». Face à de nouveaux marchés, les grandes marques de mobilier de bureau se marient avec de prestigieuses entreprises de mobilier design pour la maison (Haworth avec l’Italienne Cappellini, Steelcase avec Bolia la Scandinave…). Poufs, chaises, fauteuils et canapés multiusage intègrent les espaces de travail à côté des « standing desk » permettant de travailler debout ou assis. Le design du « chez-soi » est définitivement rentré au bureau sans oublier les composants les plus inattendus, entre tabouret de ferme, chaise de plage, ou caravane…
Au-delà du mobilier, les entreprises se réinventent aussi à travers des matériaux « comme à la maison ». Métal et plastique font place au bois et aux matières plus naturelles. Couleurs et revêtements misent sur des ambiances « chaleureuses ». Dans un environnement de travail toujours plus digitalisé, l’espace se veut rassurant, ultra-cosy, voir hyper-vitaminé, à l’image des mythiques bureaux des Gafa. Pour susciter l’esprit de communauté des collaborateurs sans se prendre au sérieux, le ludique est au rendez-vous. Jeux d’échec géants, Pac-Man, murs pour écrire et logos colorés peuplent les espaces de travail, sans oublier les incontournables Baby-foot. Tissus d’ameublement, motifs, papiers peints et tapis jouent la carte de la « déco », prenant le pas sur la technologie qui aurait tendance à se dissimuler. Mais pour combien de temps ? Du mobilier connecté au bureau intelligent, le futur se dessine à travers un nouveau design « phygital » qui saurait harmoniser espace physique et monde digital pour les générations à venir.

Issu du concept « Citizen Office », la gamme de bureaux du même nom a vu le jour chez Vitra en 2007. Depuis les années 2000 chez ce fabricant visionnaire, la synergie est totale entre la collection « Home », conçue pour la maison, et celles dédiées aux espaces de travail.
Mixant culture locale et philosophie de la marque, les bureaux d’Airbnb déclinent dans le monde entier un esprit « belong anywhere » (être chez soi partout). En conjuguant productivité et bien-être, ce design au sens large est devenu le baromètre de la culture d’entreprise.
« Haworth sort de l’uniformité. Ce virage a été pris avec la designer espagnole Patricia Urquiola au niveau international et le travail réalisé avec nos marques (Cappellini, Poltrona, Cassina) pour faire entrer les codes de la maison dans le design. Cependant, nous sommes très attentifs à ce que le mobilier s’inspire du résidentiel mais reste ergonomique, adapté aux modes de travail et durable dans le temps. » François Brounais, directeur général France de Haworth.
Dans les années 1980, Peter J. Lassen a développé le système modulaire Montana, devenu un classique international du rayonnage de bureau. Cette marque danoise a aujourd’hui choisi la formule « comme à la maison » pour son nouveau showroom de Copenhague.
La cuisine des bureaux d’Airbnb à Paris, entre modernité et rusticité, s'inspire du modèle domestique.
« À l’Appartement Moore, la première des fonctions de l’espace est qu’il soit multifonctionnel. À 10 h du matin, la cuisine devient une salle de réunions informelles, mais peut aussi se transformer en une salle de projection, une salle de conférences. Le mobilier sur roulettes peut se déplacer en fonction des besoins et de l’aménagement voulu. Des rétroprojecteurs connectés au wifi sont installés au plafond. La banquette sur mesure intègre une connectique. Elle sert autant pour déjeuner que pour travailler. » Julien Diard, directeur général, Moore.