La revue des nouveaux usages
et du pouvoir des lieux.

Haut

88 % des salariés estiment que Paris La Défense est un quartier où il fait bon travailler

Illustration : Paris La Défense. © PUNTOSTUDIOFOTO Lda / Adobe Stock.

Chaque année depuis 2013, Paris La Défense met en place un baromètre d’opinion, en collaboration avec l’Institut BVA, pour mieux identifier les attentes, besoins et envies des utilisateurs du territoire – salariés, touristes d’affaires, habitants et étudiants. En 2018, 88 % des salariés estiment que Paris La Défense est un quartier où il fait bon travailler. L’ensemble des résultats, recueillis auprès d’un panel de 2 265 personnes en octobre 2018, se montre en nette progression par rapport aux années précédentes.  91 % des habitants estiment que Paris La Défense est un quartier où il fait bon vivre (ils étaient 80 % à le penser en 2013).

78 % des personnes travaillant dans le quartier considèrent le territoire comme un lieu culturel (soit 19 points de plus qu’en 2013) et 72 % de ceux qui y habitent partagent le même avis (soit 9 points de plus qu’en 2013). Par ailleurs, 88 % des salariés et 83 % des habitants sont satisfaits de l’offre de restauration.

La diversification de l’offre de restauration (déploiement de food trucks à partir de mars, ouverture de nouveaux restaurants [Oxygen, l’Alternatif, Bib & Guss…]) et l’ouverture prochaine de nouveaux lieux (deuxième phase d’Oxygen avec le restaurant Octopus du groupe Rostang, et Table Square à l’automne) vont encore renforcer la diversité de l’offre de restauration.

91 % des salariés et 86 % des habitants sont satisfaits des nouveaux projets qui contribuent à transformer positivement le territoire. La modernisation de certains espaces (rénovation des terrasses Boieldieu), la création de nouveaux espaces publics (quartier des Jardins de l’Arche) et la livraison de projets emblématiques (Paris La Défense Arena) contribuent à transformer en profondeur l’image du quartier d’affaires.

Enfin, 73 % des salariés et 74 % des habitants sont satisfaits de la qualité des espaces verts. Ils étaient respectivement 59 % et 62 % à le penser en 2013.