La revue des nouveaux usages
et du pouvoir des lieux.

Haut

Les nouveaux aménagements au service de l’expérience

Afin d’attirer la clientèle et la fidéliser, hôtels, bureaux et commerces repensent leurs lieux de restauration, en termes d’offres bien sûr mais également en matière d’aménagement des espaces. Parce qu’il ne faut pas négliger le « pouvoir des lieux » (et ce n’est pas in interiors qui dirait le contraire), ces lieux sont désormais conçus et décorés en fonction de l’usage qui en sera fait… 

Premiers changements notables des espaces de restauration « nouvelle génération » : hôtels, commerces et bureaux relèguent désormais leur comptoir d’accueil à l’arrière-plan, proposant à la place des espaces multifonctionnels accueillants (coworking, conciergerie, point de restauration). De quoi rendre ces lieux plus conviviaux et de fait, plus animés. Cette nouvelle génération d’espaces de restauration incite les occupants de l’immeuble comme ceux du quartier à y venir, participant ainsi à la porosité désormais recherchée par les professionnels de l’immobilier entre leurs actifs et le quartier environnant. « D’ailleurs, c’est à l’échelle du quartier que nous travaillons lorsqu’il s’agit de définir le concept de l’espace de restauration d’un bâtiment tertiaire », souligne Cyril Dugué, fondateur de Convergence, cabinet de design de services. 

Côté aménagement, certaines constantes s’imposent. L’ambiance est souvent décontractée, lifestyle, un peu comme à la maison : grands canapés, fauteuils, tables basses, coin café, tapis… Les solutions acoustiques sont soignées pour offrir une ambiance agréable. Les espaces sont séquencés pour offrir différentes ambiances. On varie les hauteurs d’assises proposées et opte pour des mobiliers avec connectiques intégrées…  Pour autant, le copier-coller n’est pas de mise. Il cède sa place à la nécessaire personnalisation du design, en fonction des utilisateurs attendus, identifiés en amont. « Finie la standardisation, nous travaillons maintenant sur une identité à part entière pour chaque établissement, tout en rappelant quelques marqueurs de la maison lorsqu’il s’agit d’une chaîne hôtelière », précise Sarah Jafarshad-Rajaei, directrice générale de Bleu Vert Concepts. Il faut que l’on se sente bien, un peu comme à la maison. Ainsi, les espaces dédiés au Food & Beverage investissent les différents espaces collectifs, participant pleinement à l’animation et favorisant la mixité et les rencontres si recherchées. « En devenant animées, les parties communes vivent et constituent des mètres carrés rentabilisés pour l’investisseur et le locataire », complète Cyril Dugué. 

La clé du succès ? Aller au bout de l’histoire et de l’authenticité. Les Food Courts tels que le célèbre marché Camden Town Market à Londres, à ce titre, sont exemplaires. Ils accueillent des spécialistes qui répondent à l’envie de la clientèle de trouver des produits authentiques, sains et de qualité dans un cadre en adéquation avec l’offre food. Beaupassage en est un exemple remarquable. Situé en cœur d’îlot, dans le 7e arrondissement de Paris, il propose un parcours gastronomique – de grands chefs – et sportif dans un lieu privilégié alliant architecture contemporaine, paysage et art. 

Afin de construire l’offre, il faut la « designer », comme le suggère Cyril Dugué. Il s’agit d’analyser la zone de chalandise extérieure au bâtiment, d’étudier les flux de circulation extérieurs et intérieurs puis la typologie des occupants. Il faut ensuite penser la programmation en termes de services tout au long de la journée en fonction des différents paramètres qui impactent le bâtiment. L’histoire racontée à travers le programme est transposée dans l’aménagement intérieur. « Ce n’est pas l’architecture qui va guider le concept, mais le concept qui va guider l’architecture », conclut Cyril Dugué. Car il s’agit avant tout de se concenter sur l’utilisateur final pour se positionner en fonction de ses attentes. L’usage et la fonctionnalité vont guider la qualité spatiale du lieu pour proposer une expérience qualitative tout en créant un moment de convivialité entre collègues, en famille ou entre amis. Bureaux, hôtels, commerces, mais aussi gares, aéroports et demain probablement hôpitaux, se transforment et s’hybrident selon une orchestration savamment menée afin de devenir de véritables lieux de vie.

Au bureau

Dans les immeubles de bureaux, la cantine d’autrefois se transforme en un lieu multi-usages où se retrouver et échanger. « C’est un espace propice à proposer autre chose que de la restauration : conciergerie, bar à sieste, fitness. On y embarque les consommateurs », avance Sarah Jafarshad-Rajaei. L’amplitude repas devient plus importante, les activités sportives et les réunions débordent sur la pause déjeuner. Dans les aménagements, il faut pouvoir privatiser les espaces de restauration et les équiper d’écrans afin de poursuivre une réunion, adapter le mobilier avec de la connectique et intégrer le wifi pour y travailler. Les codes couleurs, l’ambiance, les matériaux doivent être choisis de manière à les différencier des bureaux, car la limite de l’exercice consiste à faire en sorte que ces espaces, justement, ne deviennent pas des bureaux. « Les zones de restauration classiques se sont transformés en lieux de vie conviviaux et chaleureux intégrant entre autres de la restauration » poursuit Sarah Jafarshad-Rajaei. L’espace de restauration collective dit « classique » meurt donc au profit de lieux de vie dans lesquels travailler, manger, se détendre… La mutation est en cours et au-delà de la restauration, il y a le service. « Demain, le restaurateur s’arrêtera à la cuisine et la société de community management et d’animation gérera la partie service à l’heure du déjeuner et dans les espaces café » analyse Cyril Dugué.

« À Scène Avenue, à Asnières-sur-Seine, on a l’impression de rentrer dans une salle à manger particulière. Une community manageuse se charge de l’accueil. Elle anime l’espace utilisateur. Nous avons créé un espace de restauration coworking, un cowork-café dans lequel les gens peuvent venir travailler, manger sur le pouce, prendre un café. » Cyril Dugué, Convergence. [Photo : © Convergence]
Basée depuis 2017 à Pantin, l’agence de publicité BETC a créé son propre concept de cantine qui a révolutionné les codes de la restauration d’entreprise traditionnelle. « Notre cantine est un lieu hybride : elle est ouverte toute la journée. Elle sert à la fois de café, de bibliothèque, de lieu de travail, de salle de réunion », explique Rémi Babinet, président fondateur de BETC. [© Banrocky]