La revue des nouveaux usages
et du pouvoir des lieux.

Recherche
Haut

Projet OnE, le poumon vert de Paris

Esquisse : Agence Gustafson Porter + Bowman

Réinterpréter un lieu unique et l’inscrire dans le projet global de végétalisation de la capitale, telle est l’ambition de la mairie de Paris pour le site de la tour Eiffel et ses abords.

Après plus d’une année d’échanges, de diagnostics et de consultations, c’est finalement le projet OnE, proposé par l’agence Gustafson Porter + Bowman qui a été retenu parmi les quatre en lice.

Traduction de la vision de l’architecte Kathryn Gustafson, OnE a vocation à faire de ces différents espaces un seul et même ensemble, cohérent et végétal, et d’offrir aux promeneurs « le plus grand jardin de Paris ».

Rééquilibrer le minéral et le végétal.

Plus d’arbres et d’espaces verts, plus de zones piétonnes, une circulation douce privilégiée, OnE offrira un îlot de fraîcheur sur 54 ha, de l’École militaire au Trocadéro, de Bir Hakeim au pont d’Iena.

Avec ce choix, la mairie entend satisfaire une double ambition, fluidifier l’accueil des touristes aux abords du monument et aller toujours plus loin dans la végétalisation de la ville.

Véritable zone de flânerie, cette « coulée verte » de 1,6 km proposera un espace de promenade et de respiration impressionnant et ce, au cœur de Paris. Pensé pour accueillir divers événements, permettre à tous de déambuler en toute sécurité et de se réapproprier ce périmètre d’exception, le site tour Eiffel créera à n’en pas douter de nouveaux usages.

Côté calendrier, les travaux débuteront mi-2021, après une phase de concertation sur le projet, d’études et d’autorisations. La livraison de la première phase a été fixée à la fin de l’année 2023, en prévision des Jeux olympiques.

Véritable challenge, OnE devra composer avec les 20 millions de visiteurs annuels et les réactions suscitées par la modification des axes de circulation pour donner vie à « un site qui fait rêver ».

 

Le projet OnE et ceux des agences Koz, Ter et AL_A sont exposés au public au Pavillon de l’Arsenal (75004) jusqu’au 1er septembre 2019.