La revue des nouveaux usages
et du pouvoir des lieux.

Haut

La qualité d’usage vue par Dynamic-Workplace

2014 : le coworking déboule dans le monde du travail. Surfant sur cette vague, Philippe Morel fonde Nextdoor au sein du groupe Bouygues. 2017 : 50 % du capital de Nextdoor est cédé au groupe AccorHotels qui se concentre sur les hôtels et le coworking. Philippe Morel et Matthieu Gémon, son associé, décident d’emprunter une autre direction. Ils créent Dynamic-Workplace, suivant ainsi la deuxième vague : celle de la transformation profonde des grands sièges sociaux pour s’adapter aux nouveaux modes de travail.

in interiors : Pourquoi avoir créé Dynamic-Workplace ?

Philippe Morel : Le coworking représente aujourd’hui 2 % du parc tertiaire. Au regard de l’expérience anglo-saxonne, nous pouvons imaginer qu’il occupera 20 % du parc total de l’immobilier en zones urbaines denses. Il n’en reste pas moins que 80 % du parc va concerner les espaces mono-entreprises qui, au regard des nouveaux usages dans le travail, sont inadaptés. Quatre fois plus puissant que le premier, un second marché est en train d’émerger. Nous avons fondé Dynamic-Workplace pour accompagner ces entreprises dans la mutation de leurs espaces de travail.

ii : Comment opérez-vous pour transformer ces immeubles de bureaux ?

PM : Nous constatons que 20 à 25 % de la surface des bâtiments tertiaires n’ont pas d’affectation particulière. Il s’agit pour nous d’optimiser la consommation de ces mètres carrés en leur redonnant une fonction, mais aussi en multipliant les usages et en les mutualisant pour maximiser le taux d’occupation. C’est la dimension immobilière. Ensuite, nous veillons à accroître les qualités digitales du bâtiment afin d’offrir plus de fonctionnalités aux collaborateurs et de mieux piloter le taux d’utilisation des espaces de travail. Enfin, nous travaillons la dimension humaine avec pour objectif de redonner envie aux collaborateurs de venir travailler au siège social qui est parfois perçu comme excessivement politique voire « corrosif ». Nous cherchons à améliorer leur expérience afin qu’ils puissent mieux travailler et ainsi performer. En abordant ces trois dimensions, nous cherchons à faire en sorte que le siège social devienne un lieu énergisant pour l’ensemble de l’entreprise, vivant, agréable et efficient pour l’ensemble des collaborateurs.

ii : Comment s’articule l’expertise de Dynamic-Workplace ?

PM : Dans un premier temps, nous intervenons comme conseil afin d’accompagner l’entreprise dans la compréhension et l’intégration de nouveaux modes de travail. Dans un second temps, nous aidons ces grandes entreprises à intégrer un espace de coworking au sein de leur siège social. Pour cela, nous disposons d’un réseau d’experts (architectes, bureaux d’études, etc.) et d’un écosystème composé essentiellement de start-up dédiées à l’intégration des nouveaux modes de travail. Par exemple, Move Your Buddy est une start-up qui anime des communautés de collaborateurs autour d’activités qui ne sont pas liées au travail. Pourquoi ? Parce que l’on sait que pour travailler en mode projet, il faut d’abord se connaître et éventuellement s’apprécier. Et il est possible de fédérer des équipes autour d’événements sportifs, du bien-être, de la culture. Dynamic-Workplace redonne ainsi de la qualité d’usage aux bâtiments, donc de la perfomance aux entreprises.