La revue des nouveaux usages
et du pouvoir des lieux.

Haut

Boréal, le nouveau bâtiment du Jardin d’Acclimatation

Image à la une: © Baptiste Lobjoy

Mi-juin, le jardin d’acclimatation a réouvert au public son allée « Boréale », située en toute logique au nord du site. Au bout de la route se trouve un nouveau bâtiment administratif, qui a ouvert ses portes en 2018. L’occasion de découvrir ce projet, tout de bois vêtu.

Un nouveau bâtiment a éclos l’année dernière au Jardin d’Acclimatation : Boréal. Celui-ci répond à un désir à la fois esthétique et écologique : tout faire en bois. Etant donné le succès de la Fondation Louis Vuitton, c’est sans surprise que la présidence du Jardin d’Acclimatation s’est de tournée vers les Studios Architecture, qui avait réalisé ce bâtiment, pour ses nouveaux bureaux. Ce projet est entièrement financé par le parc et ses actionnaires, parmi lesquels LVMH. La construction aura couté 60M€ et 9 mois de travaux au parc, pour une ouverture en juin 2018. Un court délai répète James Cowey, président de Studios Architecture, estimant que les constructions de cette envergure sont difficilement réalisées en moins d’un an. Le bâtiment offre 2 000 m² de surface utile et 3 étages, dont un au sous-sol. Les deux étages apparents possèdent une structure entièrement faite de bois, et un toit végétal. Tel était le souhait du client. Marc-Antoine Jamet, président du Jardin d’Acclimatation, explique que le projet était avant tout celui d’ouvrir un bâtiment à dimension verte, et qui s’intègre parfaitement dans le parc.

Boréal a été pensé comme un « hub », un lieu de rencontre entre les différents corps de métier utiles au fonctionnement du parc. Un des enjeux majeurs du bâtiment est l’isolation, notamment sonore, puisque les ateliers de construction et les bureaux administratifs se trouvent à un étage de différence. L’idée adoptée est celle d’une « boite dans la boite » selon James Cowey. En clair, tout dédoubler, que ce soient les murs, le toit ou encore les portes de chaque atelier. Le bâtiment présente également une dimension écologique. L’isolation justement est concernée : toute en lino et en fibre de bois. Mais aussi le toit végétal, qui permet de favoriser la pollinisation. A terme, les murs devraient même se couvrir de plantes grimpantes pour finaliser l’ornementation du bâti.

© Baptiste Lobjoy