La revue des nouveaux usages
et du pouvoir des lieux.

Recherche
Haut

« Le Rêve de Philae » offre art et poésie au Parc d’Issy-les-Moulineaux

Le 3 octobre prochain, « Le Rêve de Philae », sculpture monumentale réalisée par l’artiste Sabine de Courtilles, sera inaugurée au cœur du nouveau complexe du Parc d’Issy-les-Moulineaux.

Depuis début 2019, le quartier du Pont d’Issy change peu à peu de visage. En avril dernier, Campus Aquarel se dévoilait au grand jour et avec lui, le nouveau siège social de Cap Gemini ainsi que plusieurs tours d’habitation. Un ensemble de superposition de strates rythmées par des jeux de traits et d’angles, signé Françoise Raynaud, de l’agence Loci Anima.

Des tours et des figures

Le 3 octobre prochain, c’est une sculpture aux proportions inhabituelles qui sera inaugurée par André Santini, maire d’Issy-les-Moulineaux. Avec ce projet, Axa Investment Managers et Sefri-Cime ont souhaité donner vie aux jardins du Campus et ont ainsi choisi l’œuvre de Sabine de Courtilles pour offrir un peu de poésie aux Isséens.

Entre ces imposantes constructions, la frêle silhouette de Philae a trouvé place. Comme une réponse à la monumentale « Tour aux figures » de Jean Dubuffet à laquelle elle fait face,

« Le Rêve de Philae » apporte un peu de légèreté. Blottie au cœur des arbres et perchée à 4 m de hauteur, la jeune femme étire sa silhouette de bronze sur 2 m.

« J’aime la matière, les artisans qui la travaillent, ceux qui font de leurs mains, les patients qui
œuvrent avec précision. Comme eux, j’aime le silence de l’atelier et le bouillonnement de la fonderie. »

Sabine de Courtilles, artiste limousine née en 1962, fait, en effet, du bronze son moyen d’expression. C’est dans la forêt et ses éléments naturels que l’artiste puise son inspiration et crée des œuvres aux dimensions surnaturelles. En 2006, elle expose pour la première fois 30 œuvres en bronze et pierre puis fait découvrir son travail au plus grand nombre jusque dans le cœur des villes et même, au sein de plusieurs sièges sociaux. « Le Rêve de Philae » s’inscrit naturellement dans cette démarche.

« Philae est aujourd’hui en place pour la grande fierté de l’artiste et le bonheur de ceux qui, chaque jour, passeront à l’ombre de son grand chapeau »… au 157 quai du Président-Roosevelt.

Photo : Sabine de Courtilles