La revue des nouveaux usages
et du pouvoir des lieux.

Haut

Jouin Manku : sous le ciel étoilé d’Alain Ducasse

Si le vieux Macao reste authentique, le nouveau Macao rivalise d’ingéniosité, à l’instar de l’hôtel-casino Morpheus édifié par Zaha Hadid sur le Strip. Haut de 160 m, l’édifice est conçu comme un bloc monolithique sculpté par le vide depuis son centre et souligné par un exosquelette aux lignes entrelacées. Dans le prolongement de cette architecture remarquable, au 3e étage, l’agence Jouin Manku signe deux restaurants du chef étoilé Alain Ducasse : « Voyages by Alain Ducasse » et « Alain Ducasse at Morpheus ».

Les portes de l’ascenseur à peine entrouvertes, le visiteur est projeté dans un univers imaginaire et lointain. Derrière le desk d’accueil, de grandes lames en noyer ondulent et s’ouvrent sur le ciel : un large mur en verre sculpté qui recrée un ciel nuageux. Au sol et au plafond, le plancher en noyer rappelle un ponton et le jeu de lanternes sur les murs vient rythmer le cheminement. De part et d’autre, deux longs corridors mènent chacun progressivement vers un restaurant.

Au nord, Voyages by Alain Ducasse propose une exploration à travers les grands classiques de la bistronomie française et l’esthétique asiatique. Le visiteur est plongé dans la couleur dès l’entrée qui est articulée par le bar. Coiffée d’une verrière végétalisée, la salle du restaurant décline un univers riche et graphique. Des pièces de design, réalisées sur mesure, viennent caractériser l’espace. Au plafond, de grands luminaires inspirés des lanternes célestes traditionnelles chinoises rythment le lieu.

Au sud, de l’autre côté du corridor, les architectes ont imaginé Alain Ducasse at Morpheus tel un précieux écrin architectural alliant l’onirisme de l’Asie à l’excellence de la tradition française. Le client y expérimente des espaces successifs. Des petits salons l’invitent à patienter et à retrouver les autres convives. Ensuite, la salle du restaurant se présente telle une « forêt poétique », ornée de grandes grappes de verres extrudés et soufflés qui se reflètent dans un miroir d’eau, estompant ainsi la perception de l’espace. Autour de cette salle, de discrètes « suites dînatoires » se cachent derrière des nuages de verre.

Deux lieux, deux identités marquées qui célèbrent les étoiles de la cuisine française avec pour défi de créer une nouvelle part de rêve au cœur de la « City of dreams ».

© Éric Laignel
© Éric Laignel