La revue des nouveaux usages
et du pouvoir des lieux.

Haut

Quand le Grand Palais devient éphémère

Début 2021, le Champs-de-Mars changera de visage et accueillera provisoirement un bâtiment de 10 000 m², le Grand Palais Éphémère. Une construction spectaculaire conçue par l’agence Wilmotte et Associés et réalisée par GL Events.

Pendant la rénovation du Grand Palais, l’édifice provisoire a vocation à accueillir de nombreuses manifestations artistiques et sportives. Certains des événements d’art, de mode et de sport habituellement organisés dans la Nef s’y tiendront tels le Saut Hermès, Art Paris ou encore la Foire internationale d’art contemporain (Fiac). Parallèlement, des manifestations culturelles pluridisciplinaires initiées par la Réunion des Musées nationaux – Grand Palais investiront l’espace avec une programmation établie en partenariat avec les institutions voisines que ce sont le musée du Quai-Branly – Jacques Chirac et l’Unesco.

 

Mais le Grand Palais Éphémère accueillera également des manifestations des Jeux olympiques et paralympiques 2024, et notamment les compétitions de judo et de lutte. Site olympique à part entière, il viendra compléter le dispositif d’accueil des épreuves formé des sites des Invalides, du Grand Palais et de l’esplanade de la tour Eiffel, et s’adaptera aux différentes configurations d’événements grâce à sa structure modulaire.

L’utilisation mutualisée des lieux, entre art et sport, permettra, en outre, de faire l’économie d’un site temporaire.

Une démarche économique et écologique

Pour Jean-Michel Wilmotte, l’intégration esthétique de cette construction sur un site emblématique a constitué un enjeu majeur, au même titre que l’impact économique et écologique du projet.

 

Le caractère temporaire de l’installation sous-entendait une optimisation de la démarche, de la conception jusqu’à la dépose. La volonté est ainsi clairement affichée de délivrer un bâtiment sobre et à l’impact environnemental minimisé. La structure même de l’édifice et de ses arches (clin d’œil au bâtiment historique) optimisera la masse de bois utilisée. La double peau qui recouvrira l’édifice présente quant à elle des vertus acoustiques, mais aussi thermiques et de ventilation induisant de faibles dépenses énergétiques. Fait notable dans une construction neuve, l’édifice, composé d’éléments modulaires, pourra être réutilisé au terme des quatre années d’exploitation.

Le coût de ce bâtiment, de la conception à l’exploitation avoisinera les 40 M€.

 

Photos : © Wilmotte et Associés architectes