La revue des nouveaux usages
et du pouvoir des lieux.

Haut
© Adobe Stock/ Jacob Lund

Un bureau à l’hôtel ?

0

Mathieu Gémon, cofondateur et directeur général de Dynamic Workplace, prend la plume pour parler des nouveaux mode de travail qui s’invitent dans le secteur de l’hôtellerie.

 

Face à l’essor du coworking et des nouveaux modes de travail, l’hôtellerie se réinvente et fait un pas vers les adeptes du nomadisme business. Des lobbies animés, un cadre propice au travail, des équipements « work-friendly »…, on ne compte plus les établissements hôteliers qui surfent sur la tendance du travail flexible. Décryptage d’une transformation résolument amorcée. 

 

Les hôtels participent à l’évolution du travail nomade, apportant ainsi leur contribution à la redynamisation des centres-villes et au phénomène de gentrification dans un nombre croissant de grandes villes. Bob Hotel, Mama Shelter, Pullman Paris Centre-Bercy, The Hoxton Hotels, Sir Hotels en Europe… sont autant d’enseignes qui suivent cette trace, bien décidées à devenir des lieux de prédilection pour quiconque travaille. Et pour cause ! Sortir de l’unique cible des voyageurs d’affaires et de loisirs représente une alléchante opportunité de maximiser leurs chiffres d’affaires et de favoriser l’attractivité des établissements. Le combo chambre/lobby n’existe plus et c’est une bonne nouvelle. À l’ère de la nouvelle consommation immobilière, l’hôtellerie ne peut plus échapper aux cruciaux enjeux de l’optimisation des mètres carrés et de la multiplication des usages. Un marché à prendre, mais surtout, un besoin qui existe d’ores et déjà, sur fond d’un nomadisme en pleine explosion. En France, on estime que seuls 56 % des salariés sont présents au bureau cinq jours par semaine*.

Quand les codes du bureau s’invitent dans l’hôtellerie

Sortir du cadre du « bien accueillir », « bien dormir » et « bien manger » offre de multiples avantages. Pour les clients de l’hôtel en premier lieu c’est non seulement la promesse d’une plus grande proximité et d’une approche servicielle à 360°, mais aussi la possibilité de créer un effet « tribu » en renforçant leur sentiment d’appartenance à l’établissement ou à la chaîne d’hôtels. Et les travailleurs qui ne sont pas clients de l’hôtel ne sont pas non plus en reste. À l’heure où l’épanouissement des salariés devient une priorité grandissante dans les entreprises, leur proposer ce cadre de travail atypique permet entre autres de booster leur créativité et de leur offrir un confort et une ambiance conviviale. Le tout, dans un environnement qui a le mérite de rassurer l’employeur, véritable gage d’hospitalité et de qualité d’accueil. Alors que 70 % des salariés aspirent à un plus large choix d’environnements de travail flexible (étude 2019 menée par Crowne Plaza Hotels & Resorts), c’est enfin une pertinente alternative aux salles de réunion et espaces plus classiques.

Formation, rebranding, logistique… les nouveaux challenges de la transformation hôtelière 

Alors que l’hôtel devient un espace « multi-usages », les établissements doivent immuablement répondre à des défis inédits. La touche d’innovation que confère leur évolution peut s’imposer comme une belle carte à jouer en matière d’image. Elle casse le côté exclusif de l’hôtel d’antan et ouvre désormais également ses portes à une clientèle « millénniale », extrêmement friande des nouveaux modes de travail. En somme, une nouvelle communauté de clients qu’il faut « animer », fidéliser et transformer en véritable ambassadrice de la marque hôtelière. Pour cela, il convient de leur offrir des services supplémentaires et de leur donner l’opportunité de communiquer sur leur expérience collaborateur ET client. Mais, au-delà des aspects marketing et communication, les équipes hôtelières doivent renforcer leurs compétences et s’emparer d’un nouveau rôle. Parce que les codes du coworking, de la communauté et des bureaux leur sont encore étrangers, il faut multiplier les formations adéquates pour amorcer correctement le virage opérationnel ! Enfin, l’équipement occupera une place primordiale dans l’attractivité des nouveaux travailleurs : une connectivité optimale et un mobilier confortable en sont les deux clés pratiques qui leur seront essentielles.

 

* Baromètre #QVT 2019 de Dynamic Workplace/Speak & Act.

 

© Dynamic Workplace

Mathieu Gémon,

cofondateur et directeur général de Dynamic Workplace

Photos : ouverture : © Adobe Stock/ Jacob Lund ; portrait : © Dynamic Workplace