La revue des nouveaux usages
et du pouvoir des lieux.

Haut

Comment travailler et vivre en présence du Covid-19 ?

0

Vitra, qui développe et conçoit des solutions pour les environnements de travail et de vie, a élaboré six hypothèses pour vivre avec le Covid-19.

D’après Vitra, de nouvelles mesures de précaution dans les espaces communs contribueront à prévenir l’infection et la propagation des maladies. Les surfaces, les poignées de portes, les sanitaires et les surfaces fréquemment touchées sur les chaises sont nettoyés quotidiennement. Les textiles et les tissus d’ameublement pourraient être remplacés par des matériaux facilement nettoyables comme le cuir ou le simili cuir et le plastique. Le bois peut être considéré comme une bonne option : matériau naturel chaud, au toucher agréable, mais aussi hygiénique et facile à nettoyer.

 

Le travail à distance augmentera

De nombreuses personnes travaillent désormais à domicile. Cette expérience involontaire a montré que les technologies nécessaires existent et fonctionnent, qu’un travail productif et même un travail d’équipe sont possibles. Pour Vitra, une entreprise qui autorise le travail à distance a non seulement accès à un réseau global de personnel qualifié, mais aussi réduit son empreinte écologique. En outre, le travail régulier à la maison entraîne une moindre densité de personnel au bureau et permet de maintenir la distance physique nécessaire entre les personnes présentes.

 

Nos modes et lieux de réunions changeront

Dans la réalité post-coronavirus, la question se pose de savoir si et comment les employés se rencontreront. De nombreuses réunions et manifestations seront transférées sur des plates-formes numériques. La fréquence des rencontres réelles est susceptible de diminuer : seules les réunions indispensables seront maintenues, selon Vitra (avec une distance physique dans les salles de conférences ou dans le cadre de réunions debout).

 

Nouvelles règles pour les espaces communs et aménagements de bureaux adaptés

Les espaces de travail très fréquentés, le travail côte à côte avec d’autres personnes ou la réaffectation, chaque jour, à un poste de travail nomade différent seront remis en question lors du retour dans les bureaux après la crise, selon les hypothèses de Vitra. Toutefois, cela ne signifie pas nécessairement un retour à des bureaux cloisonnés ou cellulaires. Les entreprises doivent veiller à ce que leurs employés gardent leurs distances et réduisent l’utilisation partagée des objets et des espaces.

 

Investir consciemment dans les espaces de travail qui subsistent

Selon Vitra, la présence personnelle restera inévitable pour les entreprises, les équipes et les tâches qui nécessitent un travail physique ou une interaction directe avec des clients ou des machines. Les enquêtes et études actuelles montrent que les employés ne considèrent nullement le lieu de travail dans l’entreprise comme un mal nécessaire, et qu’ils aiment en fait travailler au bureau. Cela s’est confirmé lors de la pandémie du Covid-19 : après plusieurs semaines de travail à domicile, la plupart des employés regrettaient leur environnement de travail habituel, l’interaction collégiale et les procédures familières. De ce point de vue, le bureau classique apparaît comme un lieu de rencontre dans un monde de plus en plus numérisé.

« Un bon environnement de travail physique gagne en importance en temps de crise : il devient un lieu de rencontre et d’interaction – un lieu qui reflète les valeurs culturelles de l’entreprise », déclare Nora Fehlbaum, PDG de Vitra.