La revue des nouveaux usages
et du pouvoir des lieux.

Haut
© Adobe Stock/Goodluz

Covid-19 : impact fort sur la demande de coliving

Koliving, start-up spécialisée dans l’habitation partagée en France et incubée au Village by CA, constate une augmentation de 30 % de la demande de chambres (dans des logements partagés) depuis la mi-mars. En effet l’application Koliving qui permet d’identifier et de louer une chambre libre en quelques minutes a connu un pic d’activité avec le confinement.

 

« Le confinement a accentué la demande de toute part : des propriétaires en recherche de liquidités et des locataires fuyant leurs petits studios pour emménager dans des appartements plus grands. Depuis notre création en 2018, nous sommes sur un rythme de 35 % de croissance par an. 30 % de croissance en deux mois, c’est du jamais vu. Cette tendance va encore s’amplifier avec la généralisation du télétravail et les changements de modes de vie qui en découlent », précise Magalie Safar, cofondatrice et CEO de Koliving.

 

Un marché estimé à 5 Mds€ d’ici 2022

Koliving évolue sur un marché estimé à 5 Mds€ à horizon 2022. Le coliving, ou colocation 2.0, est un concept d’habitat partagé avec des services qui connaît une très forte demande. En phase avec les nouveaux usages, le coliving séduit propriétaires et locataires aussi par son concept gagnant-gagnant. D’un côté, il attire les locataires en quête de logements plus grands, offrant des services  et favorisant le partage, et de l’autre, il plaît aux propriétaires en quête de revenus maximisés, sécurisés et peu fiscalisés.

Un impact social, territorial et environnemental
« Notre impact est triple. Social, car nous répondons au défi de la pénurie de logements en permettant à plus de personnes d’accéder au logement. Territorial, car nous optimisons les surfaces et diminuons le nombre de logements vacants. Environnemental, car les ressources énergétiques sont mutualisées », ajoute Magalie Safar. 

Photo : © Adobe Stock/Goodluz