La revue des nouveaux usages
et du pouvoir des lieux.

Recherche
Haut

La flânerie

Frédéric Quevillon, architecte et fondateur de L’Atelier AConcept, prend la plume pour donner son point de vue sur le concept de la flânerie dans l’architecture. 

 

Lorsque je pense au concept de la « flânerie », cela m’évoque le geste de prendre une chaise au jardin du Luxembourg et la déplacer où on le souhaite.

La flânerie est une forme de liberté, qui va bien au-delà de la mouvance physique, l’esprit a totalement un rôle à jouer dans ce concept. Flâner, c’est être dans des lieux qui font rêver, tant par leur aspect architectural que leur invitation au voyage de l’esprit.

Pour cela, l’architecture et les moyens mis en œuvre sont très importants, les détails peuvent eux aussi avoir leur importance.

Si l’on prend les espaces publics, ceux-là nous permettent de déambuler, tout comme les parcs, ou encore les bâtiments très insérés dans la nature.

À l’ère des réseaux sociaux, de la connexion et de l’interaction incessante, où tout va très vite, trop vite, tout le temps, il est fondamental de repenser au concept de flânerie, qui est presque devenu obsolète. L’innovation, au cœur des procédés architecturaux, va parfois à l’encontre de la flânerie. En effet, l’exemple des prises de recharge pour smartphone est un exemple frappant : le banc, pensé à l’origine pour s’asseoir, se relaxer, contempler l’espace qui nous entoure, est alors équipé d’une prise permettant de recharger son téléphone. Cela nous incite alors à nous connecter davantage et mettre de côté l’instant pour soi. L’évolution, qu’elle soit technologique ou non, est inévitable et sacrée, surtout dans un domaine comme l’architecture. Aussi faut-il envisager de la mettre à profit pour arrêter le temps, dans un univers parfois trop rapide, afin de s’autoriser quelques pauses pour voyage spirituel. À l’ère où nous sommes souvent trop ancrés dans un système de réflexion dichotomique dans lequel l’hyperconnexion et la vitesse prennent le dessus, la flânerie est dorénavant une sorte d’échappatoire, instant magique qui nous permet de mettre de côté les problèmes du quotidien.

 


 

© Olivier Desaleux

Frédéric Quevillon est architecte fondateur de L’Atelier AConcept. L’Atelier Aconcept affûte au quotidien ses méthodes depuis 2001 et mise sur son équipe pluridisciplinaire. Architectes, urbanistes, économistes, graphistes mettent leurs points de vue en commun au service de projets très différents, tous créant du lien dans l’espace urbain. La réussite future du bâtiment réside dans la façon dont il s’intégrera dans son environnement, dont il favorisera les liens entre les habitants et dont il stimulera de nouveaux usages au cœur de la ville.