La revue des nouveaux usages
et du pouvoir des lieux.

Haut

Tiny house by Ikea

Le mouvement des micromaisons, plus communément appelées tiny houses prend de l’ampleur, particulièrement aux États-Unis. Le géant suédois Ikea, en collaboration avec l’agence Vox Creative, propose aujourd’hui sa vision de la tiny house, un projet qui permet à la marque d’affirmer toutes ses valeurs.

 

Souvent présentée comme le nouveau mode d’habitat alternatif préféré des néoruraux, la tiny house propose un concept atypique d’habitation. Montée sur châssis, la maisonnette en bois est mobile et peut être installée simplement, sans permis de construire puisque d’une surface inférieure à 20 m².

De fait, les avantages de ce type d’habitat ne manquent pas. Économique, la structure n’en est pas moins modulable, confortable et très lumineuse. Peu énergivore de par ses dimensions, la tiny house se veut écologique avec une faible emprise au sol et des matériaux souvent biosourcés. L’espace intérieur, optimisé et ultrafonctionnel, répond quant à lui à toutes les commodités et au confort d’un habitat traditionnel. Sur mesure, la structure offre souvent une bonne ergonomie et un design soigné.

Pollution, immobilier élevé, stress lié aux transports en commun… À l’heure où fuir les agglomérations et opter pour un habitat en pleine nature séduisent de plus en plus, la maisonnette répond en effet aux principales problématiques urbaines.

Face à ce constat, Ikea a développé avec Vox Creative sa première tiny house avec l’envie de présenter un habitat écoconçu, stylé et accessible en termes de budget.  Le résultat ? Un espace de 17 m² qui intègre les pratiques écologiques dans la vie quotidienne.

Dans la phase de réflexion, une liste exhaustive des besoins auxquels l’espace devait répondre a été établie pour délivrer un projet sur mesure. Si l’intérieur est minuscule, de multiples ouvertures laissent généreusement entrer la lumière, en ouvrant sur la nature environnante, créant une sensation d’espace.

Pour optimiser l’agencement, les designers ont travaillé en horizontalité comme en verticalité, avec une priorité donnée au rangement. Empiler, suspendre et optimiser chaque centimètre carré. Lit coffre, assise rangement, étagère, table tour à tour à manger, bureau ou plan de travail meublent ainsi la tiny house. Modulable en fonction des besoins, elle développe ainsi quatre zones distinctes que sont la chambre, le salon, la cuisine et la salle d’eau. Meublé et accessoirisé par le géant suédois, les coûts d’aménagement ont été maîtrisés et permettent à chacun de se projeter dans un projet similaire avec un budget raisonnable.

Les équipes ont également été guidées par l’impact écologique de cette construction, de la structure à l’aménagement. Panneaux solaires pour répondre aux besoins électriques de la maison, régulateur de pression d’eau pour limiter la consommation, cuisine en bouteilles recyclées et structure en bois biosourcé, un maximum de matériaux renouvelables, réutilisables et recyclés ont ainsi été retenus.

Cette nouvelle alternative au mode d’habitat traditionnel constitue une belle illustration du Less is more. La tiny house inspire, la tiny house séduit. Fortement plébiscitée aux États-Unis, cette dernière pourrait bien voir son développement s’accélérer en France avec le début d’un exode urbain.

Photos : © Josiah&Steph