La revue des nouveaux usages
et du pouvoir des lieux.

Haut

Edgar Suites, entre hôtel et appartement

Créé en 2016 par les entrepreneurs Xavier O’Quin, Maxime et Grégoire Benoit, Edgar Suites propose une expérience originale d’hébergement, entre l’hôtel et l’appartement. Un nouveau modèle qui tire son épingle du jeu en pleine crise sanitaire. Explications.

 

Suites urbaines en hypercentre

C’est principalement à Paris ou en proche banlieue qu’Edgar Hôtel accueille ses clients. Seize sites dont la localisation fait mouche…Louvre, Marais, Auteuil, ou encore Grands Boulevards pour ne citer qu’eux, l’emplacement de ces suites urbaines est fondamentale pour les fondateurs qui souhaitent attirer aussi bien une clientèle business que familiale, française qu’étrangère.

Pour ce faire, l’idée n’est pas de repenser un établissement existant mais bien souvent de partir d’une page blanche en transformant des surfaces immobilières tertiaires. Du T2 au T5, les suites Edgar sont en moyenne 50 % plus spacieuses qu’une chambre d’hôtel traditionnelle. Si la décoration est particulièrement soignée et le confort au rendez-vous, ce qui distingue les suites est la présence d’une cuisine intégrée dans chacune d’entre elles.

En revanche, pas d’espace de restauration commun voire pas de communs du tout. Là où l’hôtellerie cherche aujourd’hui à donner un autre usage à ces espaces non rentables, Edgar Suites prend le partie de ne pas en avoir et privilégie la surface des appartements.

Par ailleurs, chaque lieu est unique, optimisé en fonction des contraintes, valorisé en fonction des atouts. Pour ainsi dire, de l’appartement, la marque a conservé l’équipement, la surface et le design, de la chambre d’hôtel, la propreté professionnelle, le confort et les services.

Une relation client 100 % numérique

Disruptif dans l’offre, la tarification et le type de séjour, Edgar Suites assume un accueil et une conciergerie totalement digitaux avec une relation client gérée par une plate-forme numérique.

Si cette offre suppose une bonne autonomie de la part du client qui doit effectuer le check-in/check-out et ses différentes demandes via son smartphone, elle se révèle être particulièrement appréciée dans le contexte actuel. S’il est sans contact, ile service client est disponible 7 jour/7 et montre une réactivité de qualité.

Partenariats avec des commerçants locaux, expériences authentiques, emplacements choisis, la volonté des fondateurs est de suggérer « la ville comme si vous y habitiez ».

Le concept séduit une clientèle business à 70 % qui veut de l’efficace et de l’hyper-réactif… ce qu’offre le modèle. Pouvant ainsi accueillir de une à sept personnes, les suites se destinent aussi bien à une clientèle en déplacement professionnel, qu’en télétravail ou même en villégiature. Machine à laver, lave-vaisselle, Nespresso, wifi propre à l’appartement et Netflix constituent des prestations qui favorisent les séjours longs de 10 à 90 jours. Avec des prix à la nuitée abordables, cette offre de pied-à-terre avec services satisfait aujourd’hui une clientèle qui continue de se déplacer malgré la crise, dans le respects des normes d’hygiène.

La période s’y prête, le modèle convainc avec un taux de remplissage de 82 % entre avril et octobre, une occupation remarquable compte tenu du contexte qui fait d’Edgar Suites une illustration réussie de micro-hôtellerie.

Photos : © Galivel