La revue des nouveaux usages
et du pouvoir des lieux.

Haut

Bourse de Commerce, nouveau lieu pour l’art contemporain

Après 18 mois de travaux effectifs, la Bourse de Commerce ouvrira très prochainement à tous publics et toutes disciplines artistiques. Une inauguration autant repoussée qu’attendue. Classé monument historique en 1986, le bâtiment se destine désormais à abriter l’un des plus vastes collections privées d’art moderne et contemporain. Récit d’une rénovation ambitieuse, nouvel écrin de la collection Pinault.

 

Une restauration respectueuse

Respect du site et des éléments historiques, engagement social et recherche de qualité environnementale des opérations, c’est dans cette philosophie qu’ont été menés les travaux de reconversion de la Bourse de Commerce en musée d’art contemporain.

C’est en 2017 que l’homme d’affaires et amateur d’art François Pinault initie ce projet à deux volets comprenant, d’une part, la restauration de l’édifice en l’état de 1889 et « l’écriture contemporaine au profit de son nouvel usage », d’autre part.

Pour le mettre à exécution, l’entreprise générale Bouygues Construction a été retenue. Parallèlement, les 6 800 m² de l’édifice ont été repensés par les cabinets d’architectes Tadao Ando Architect & Associates (TAAA), Niney et Marca Architectes et l’Agence Pierre-Antoine Gatier pour les monuments de France avec l’ambition d’en faire un outil d’exposition souple et adaptable.

La conception et le choix de l’ameublement intérieur ont quant à eux été confiés au duo de designers Ronan et Erwan Bouroullec.

Ainsi, l’édifice a fait l’objet d’une conservation et d’une restauration scrupuleuse quand nécessaire à l’instar des fresques de la coupole. Le bâtiment arbore en effet des éléments architecturaux exemplaires tels la colonne Médicis, vestige du XVIe siècle classée monument historique en 1852, les escaliers à double révolution ou encore la rotonde qui confère à la bourse son identité circulaire.

Comme écho à cette dernière, cette circularité est devenue un des éléments structurant du projet de transformation. L’imbrication d’un cylindre de béton au cœur de la rotonde va en ce sens, isole le visiteur et l’immerge dans un univers désormais artistique.

 

En immersion historique et artistique

La Bourse de Commerce s’inscrit dans le projet culturel global de François Pinault qui compte le Palazzo Grassi depuis 2006 et la Punta della Dogana, tous trois revisités par Tadao Ando.

Les lieux dévoileront donc très prochainement peintures, sculptures, photographies, performances et installations de la collection Pinault. Offrant un point de vue sur l’art contemporain, cette dernière est également une des plus engagées auprès des femmes artistes. Les travaux de Claire Tabouret, Annie Leibovitz, Nan Goldin, Cindy Sherman ou encore Elaine Sturtevant seront ainsi représentés.

Séquencés en divers espaces, les 6 800 m² pourront être utilisés de manière autonome ou combinée ouvrant ainsi la possibilité d’accueillir des projets d’envergure. Un auditorium de 284 places, un vaste foyer et  une « boîte noire » destinée à la présentation d’installations vidéo, de performances et de formes expérimentales compléteront cet ensemble.

Le troisième étage réserve quant à lui une vue dégagée sur la canopée des Halles conçue par les architectes Patrick Berger et Jacques Anziutti, l’église Saint-Eustache et les toits de Paris. Finalement, comme un hommage à l’histoire des lieux, la Bourse du commerce développera également un restaurant « la Halle aux grains », dont la carte sera signée des chefs Michel et Sébastien Bras… De quoi rassasier la soif d’art contemporain et la faim de gastronomie des visiteurs.

Si la reconversion de la Bourse de Commerce contribue à la métamorphose du quartier des Halles, elle enrichit également l’histoire de cet édifice en permanente transformation.

Photos :
1,2 : Bourse de Commerce — Pinault Collection © Tadao Ando Architect & Associates, Niney et Marca Architectes, Agence Pierre-Antoine Gatier – Photo Patrick Tourneboeuf
3,4,5 : Bourse de Commerce — Pinault Collection © Tadao Ando Architect & Associates, Niney et Marca Architectes, Agence Pierre-Antoine Gatier – Photo Maxime Tétard, Studio Les Graphiquants, Paris
6 : Bourse de Commerce — Pinault Collection © Tadao Ando Architect & Associates, Niney et Marca Architectes, Agence Pierre-Antoine Gatier – Photo Marc Domage