La revue des nouveaux usages
et du pouvoir des lieux.

Haut
© Xavier Alexandre Pons

Bureau de demain : comment repenser l’espace de travail post-Covid ?

0

Robert Acouri, président du groupe Cider, prend la plume sur in interiors pour donner son point de vue sur la nécessité de repenser l’espace de travail post-pandémie, de manière à favoriser la collaboration.

 

 

Selon le rapport annuel de Microsoft sur les tendances du travail en 2021, plus de 40 % des effectifs à l’échelle mondiale envisagent de quitter leur entreprise… Une statistique qui intervient après une année difficile, qui a autant éprouvé que révolutionné le monde du travail. Post-pandémie, il est urgent de repenser l’espace de travail pour favoriser la collaboration.

 

Travail hybride : le meilleur des deux mondes ?

Lorsque la crise sanitaire a imposé un éloignement physique du bureau, un nouveau rapport au travail s’est dessiné. Le distanciel a permis à certains d’entrevoir d’autres horizons, comme l’envie de s’installer ailleurs, d’avoir plus de temps en famille, d’être moins contraints par les transports… Une flexibilité qu’ils ne souhaitent pas abandonner, en particulier pour les nouvelles générations, plus durement touchées par la crise. Mais avec le retour progressif à la normale, le travail à distance va rapidement se décliner en travail « hybride ». Un nouveau modèle ou les employés peuvent choisir à leur convenance de venir au bureau ou de travailler de chez eux. Il devient alors urgent pour les dirigeants d’entreprises de repenser l’organisation de l’espace de travail afin de favoriser l’hybridation pour retenir les talents et attirer de nouvelles recrues.

 

L’espace physique de travail au cœur de l’innovation

C’est de la rencontre et de la confrontation des idées dans des espaces de travail inspirants, créatifs que naît l’innovation. Il faut donc placer les employés dans un environnement qui favorise les connexions et qui offre différentes perspectives d’échanges. L’aménagement des bureaux a pour rôle de maintenir un mouvement, une dynamique collaborative au sein des équipes. Culturellement, l’entreprise peut « désiloter » les activités et les fonctions pour que les métiers puissent se parler et échanger, mais cela ne suffit pas. Il faut aussi cultiver physiquement cette notion d’ouverture. Avec la pandémie, les travailleurs se sont concentrés sur les projets à court terme comprenant davantage d’interactions virtuelles avec leur équipe proche, mais ils ont dû délaisser leurs possibilités de réseauter et de collaborer en dehors de ce cercle. Les rencontres se sont amenuisées, ce qui constitue un frein à l’innovation et à la pensée nouvelle. Le passage vers un mode de travail « hybride » est une opportunité idéale de répondre à ces nouveaux challenges. Pour cela, les bureaux et espaces de travail doivent s’adapter, être repensés et optimisés.

 

Transformer le bureau en hub collaboratif

Pour mieux s’adapter aux environnements de travail hybrides, c’est toute une culture organisationnelle qui doit se mettre en place. Physiquement, l’aménagement du bureau et son ameublement peuvent accompagner ce changement. Investir dans un équipement polyvalent contribue à créer des moments de partage et de convivialité tout en favorisant le travail collaboratif en phase avec les nouvelles attentes et façons de travailler des employés. C’est aussi casser les codes de la salle de réunion, par exemple, en libérant de l’espace pour encourager le mouvement et la station debout. C’est aussi jouer sur le design du mobilier pour concevoir des espaces de découverte comme des auditoriums équipés de gradins et d’estrades pour obtenir un lieu de rassemblement ouvert et collaboratif, basé sur l’interaction entre les individus. L’objectif est de transformer le bureau en un hub de rencontres énergisant et bienveillant. Le bureau de demain sera un lieu propice au lien social, au bien-être et à l’innovation. Les collaborateurs y viendront à la fois pour travailler dans des espaces où le mobilier professionnel offre des conditions de productivité et de concentration optimales, mais également pour se retrouver dans des espaces plus informels qui ritualisent les échanges.

 

Pour les bureaux, il y aura un avant et un après-Covid-19. Pour perdurer dans le monde d’après, les entreprises vont devoir s’adapter et réinventer leur façon de concevoir l’espace de travail afin de fédérer les collaborateurs tout en leur offrant la liberté à laquelle ils aspirent.

 

 

 

Robert Acouri, président du groupe Cider

© Marine ParquetRobert Acouri a fait ses premières armes professionnelles à l’Opéra de Monte-Carlo avant d’intégrer l’univers de la mode et du design. En 2002, il se lance dans le secteur du mobilier et de l’aménagement tertiaire. Embauché par une entreprise du secteur en tant que directeur du développement, il en deviendra par la suite directeur général. Passionné de design, de mode et d’architecture, Robert Acouri rachète en novembre 2012 le groupe Cider, représenté à travers quatre marques complémentaires (Cider, La Manufacture, 2SW et Be My Desk), pour répondre aux attentes les plus larges en termes d’aménagement et d’ameublement.

 

 

 

 

 

Photos : en ouverture : © Xavier Alexandre Pons ; portrait : © Marine Parquet