La revue des nouveaux usages
et du pouvoir des lieux.

Haut

Le Five by Moore Design

Deux gigantesques 5 trônent au sous-sol et au deuxième étage. Difforme et peint en noir en bas, sculpté dans un matériau recyclé aux faux airs marmoréens en haut. Sans compter celui qui, épinglé le long de la rue Bachaumont, donne son adresse à cet immeuble R+5 fraîchement restructuré, sans n’avoir rien perdu de sa trempe Art nouveau. Bienvenue au Five. Le nouveau siège social de Moore Design, réputé pour aménager des espaces de travail au diapason des dernières tendances. Exit donc l’Appartement, les précédents bureaux de la firme qui totalisaient moins de 500 m2, et bonjour aux 1 200 m2 de ce nouvel espace, conçu comme on écrit un manifeste.

N’allez cependant pas féliciter Julien Diard, fondateur et directeur général de Moore, pour la grande beauté de son nouveau showroom. Non que les lieux n’aient pas été remarquablement investis par l’aménageur de bureaux, n’importe quel visiteur en conviendra, mais c’est qu’il ne s’agit pas d’un showroom. « Le Five, comme l’Appartement avant lui, nous l’avons plutôt imaginé comme une expérience, où se dévoilent nos convictions en matière d’espaces de travail, mais elles se dévoilent en situation, avec, et surtout pour, nos 42 salariés », souligne tout de go l’affable entrepreneur, adossé au plan de travail de la magnifique cuisine du Five.

Çà et là, le patron pointe du doigt un élément du décor qui finit par révéler toute l’ampleur de son inventivité. Par exemple l’Artome M10, ce meuble aux allures d’assise design qui dissimule en réalité un projecteur laser, un système de sonorisation et une fonction de visioconférence. Ou cette bulle acoustique au milieu de l’open space, capable de renouveler l’air qui y circule en quelques secondes. Et l’on devine partout la signature de Moore Design sur les meubles maison, à l’instar de ces grandes tables de travail traversées par un arbuste. Qui a dit que la poésie n’avait pas sa place au bureau ?

 

Surprise, à l’étage sommital, un espace de réunion plus intimiste, auquel a été adjoint un bar en marbre, puis une terrasse qui conduit au clou du spectacle : le rooftop et sa vue imprenable sur Paris. « Nous n’excluons pas de louer cet espace, par exemple pour des comités exécutifs d’entreprises, en particulier celles avec qui nous collaborons », explique Julien Diard, qui souhaite que ce bijou reste dans la famille. Ici, l’on saisit aisément la révolution qui emporte les bureaux traditionnels et conduit vers des espaces tertiaires agréables, flexibles, ergonomiques, où l’utilisateur est placé au centre des réflexions afférentes à l’aménagement. Il n’y a qu’à écouter Julien Diard partager son ultime doute à quelques jours de l’ouverture : « J’espère vraiment que nous aurons su créer suffisamment de fluidité pour nos employés entre les différents étages de l’immeuble. »

 

Photos : © Moore Design