Haut

Le restaurant Titi Palacio ouvre ses portes à Morland Mixité Capitale, à Paris

Le restaurant Titi Palacio se situe dans le 4e arrondissement de Paris, au sein de Morland Mixité Capitale, un ensemble immobilier transformé par David Chipperfield Architects et Calq, lauréats du 1er appel à projets de « Réinventer Paris ». Anciennement siège de la Préfecture de Paris, cet îlot carré renfermé sur lui-même aux lignes strictes a été complètement réhabilité afin d’accueillir différents programmes. Le restaurant TiTi est implanté au 1er étage de l’auberge The People Paris Marais, qui occupe l’extension longeant le boulevard Morland, à côté du pavillon de l’Arsenal.

Le restaurant s’étale sur la longueur telle une serre de plus de 500 m2. Les habitués de moments confidentiels sont servis. La lumière tape les feuilles des grandes plantes disposées ici et là et offre un jeu d’ombres tout au long de la journée. L’aménagement intérieur du restaurant reprend les codes et l’univers du Crystal Palace. Réalisé en 1851 à l’occasion la Grande Exposition à Londres, ce bâtiment emblématique – une immense serre – de Joseph Paxton inspire tant pour sa forme que pour sa fonction.

Le volume longiligne de l’espace de 50 m de long est divisé en trois zones. Au sein de l’espace imaginé comme une jungle urbaine, l’on distingue trois ambiances : le café, le bar et le restaurant. Le café se veut un espace modulable dans le choix des assises et des luminaires. Le bar assume un côté bijoux avec un plan de travail en marbre vert de 40 m de long, ouvert à 360°. Celui-ci est souligné par le revêtement en zellige et des éléments de bois qui rythment son soubassement. Les comptoirs sont réunis par des arches qui servent de support pour la végétation grimpante et permettent aussi de créer une échelle plus humaine. Le restaurant situé tout au fond prend le parti pris d’un espace plus intime, avec des claustras et banquettes qui délimitent les espaces sans les diviser.

 

Pour en savoir plus sur Morland Mixité Capitale, cliquez ici

 

Photos : © Rodrigo Apolaya