Haut

Exposition : Années 1980, décennie de tous les possibles

De l’élection de Mitterrand en 1981 à la chute du mur de Berlin en 1989, l’exposition « Années 80 – Mode, design et graphisme en France » trace l’épopée créative d’un tournant politique et artistique en France. Une suite de « télescopages » à découvrir au travers de 700 pièces au musée des Arts décoratifs de Paris jusqu’au 16 avril 2023.

 

 

Sous la nef du musée des Arts décoratifs de Paris, cette superbe exposition scénographiée par le designer Adrien Rovero, conjugue politique culturelle, design et look pour illustrer différents télescopages d’idées et de styles caractérisant les années 1980. La liberté d’expression domine du graphisme à la silhouette, en passant par le choc visuel du mobilier d’auteur qui se fait le nouvel emblème du design français, se taillant une place entre design industriel et architecture intérieure.

 

Des utopies à la mondialisation

En débutant avec le slogan « La force tranquille » commandé par Mitterrand au publicitaire Jacques Séguéla en 1981, le ton est donné. « C’est le premier carambolage de l’exposition avec l’apparition du marketing politique et de la communication globale face au graphisme d’utilité publique dans le sillage de mai 68 » explique Amélie Gastaut, conservatrice en chef au musée des Arts décoratifs département design graphique et publicité. « La politique culturelle très ambitieuse des années 1980 a permis le décloisonnement entre beaux-arts et arts appliqués comme entre mode, design et graphisme. Nous montrons l’importance à l’époque de la culture que Jack Lang qualifie de “droit au bonheur” avec un budget ministériel multiplié par deux. » Tout se vend, tout devient marque dans cette décennie charnière « com, clip, fric et chic » entre la fin des utopies et les prémisses de mondialisation des années 1990. Un choc que le design va rendre visuel.

 

Domestique et éclectique

Après les appartements privés de l’Élysée des architectes d’intérieur (Marc Held, Ronald Cecil Sportes, Philippe Starck, Annie Tribel et Jean Michel Wilmotte), et autres commandes comme le bureau de Jack Lang signé Andrée Putman, honneur sous la nef aux designers. Karine Lacquemant, commissaire pour le design, met en avant une nouvelle identité de la discipline grâce au rôle actif du VIA et de galeries spécialisées. « Au début des années 1980, il n’y avait pas d’endroits réservés aux créateurs indépendants d’objets et de mobiliers. Après la création du VIA, des galeries comme Néotù, Perkal, ou Gastou éditent et diffusent leur travail, mettant en place un nouveau modèle économique basé sur la série limitée. Ce sont des designers comme Starck, Dubuisson, Szekely ou Bauchet, pour ne citer qu’eux, qui font le design français, sans oublier dans une autre veine Garouste & Bonetti, Olivier Gagnère ou Pucci de Rossi… ». En questionnant le sens de l’objet et du mobilier domestique, le designer se rapproche de l’artiste et les galeries se font antiquaires du futur. Au sein de ce nouveau paysage domestique, la mode est au rendez-vous dans une exposition qui se termine avec tous les looks des années Palace. Pour prolonger la visite, un passionnant ouvrage Designers et Créateurs des années 80-90 vient de sortir aux éditions Norma, éclairant l’œuvre de près d’une trentaine de designers internationaux incontournables de l’époque.

 

Exposition

« Années 80 – Mode, design et graphisme en France »

Musée des Arts décoratifs, Paris

Jusqu’au 16 avril 2023

 

Livre

Patrick Fafardin et Guy Bloch-Champfort, Designers et Créateurs des années 80-90, Éditions Norma, Paris, 2022, 336 pages.

 

 

Photo : Andrée Putman, Bureau du ministre Jack Lang au ministère de la Culture, 1985. © DR – © Adagp, Paris, 2022