La revue des nouveaux usages
et du pouvoir des lieux.

Haut

Les expositions virtuelles de la Cité de l’architecture et du patrimoine

Illustration : Concours pour le centre aéré du Parc, Nanterre, 1992. Vue de la maquette, cliché Patrick Tournebœuf. © Patrick Tournebœuf, © Fonds Veneta Avramova-Charlandjieva. SIAF/Cité de l’architecture et du patrimoine/Archives d’architecture du XXe siècle. 394 Ifa 9

La Cité de l’architecture et du patrimoine a développé au cours de la dernière décennie une série d’expositions virtuelles (aujourd’hui au nombre de 21) qui entrouvrent au public ses riches collections sur l’architecture française du XXe siècle.

Ces collections sont doubles : d’une part, le Centre d’archives d’architecture du XXe siècle a collecté depuis 1980 plusieurs centaines de fonds d’archives d’architectes français, de la fin du XIXe siècle jusqu’à aujourd’hui, et accumulé ainsi croquis, plans, photographies, maquettes et documents écrits sur des projets, des idées, des réalisations et des utopies architecturales. D’autre part, le musée des Monuments français constitue depuis 2007 une collection d’architecture moderne et contemporaine, réunissant dessins, maquettes mais aussi éditions originales de portfolios ou d’ouvrages illustrés.

À travers des centaines d’images ou de documents sonores ou animés, les expositions virtuelles offrent des visions plus confortables, plus approfondies, et originales sur quelques aspects de ces collections. Les angles sont très variés et reposent sur des recherches menées soit par le Centre d’archives et le musée, soit par des chercheurs indépendants ou des enseignants avec leurs étudiants. Certaines de ces expositions virtuelles sont la version en ligne d’une exposition présentée à la Cité de l’architecture – notamment les accrochages des « Nouvelles acquisitions » – ou ailleurs (l’exposition « Henri Prost et le plan directeur d’Istanbul », par exemple). Certaines comportent un texte riche et approfondi ; toutes mettent l’accent sur la mise à disposition de documents graphiques nombreux (parfois des dossiers ou des albums entiers) visibles dans de bonnes conditions. Enfin, certaines expositions intègrent des films ou des interviews parfois exclusives.

Nombre de ces expositions concernent des personnages marquants de l’architecture du XXe siècle en France : par ordre chronologique, Auguste Perret, Henri Prost, Guillaume Gillet, Félix Dumail, Marcel Lods, Robert Auzelle, Jean Dubuisson, André Hermant, Bernard Zehrfuss, André Bruyère, Pierre Parat, Bernard Huet sont des figures, institutionnelles ou plus singulières, dont la place dans l’architecture française est bien établie.

D’autres expositions révèlent des trajectoires plus secrètes et en démontent les ressorts : c’est le cas en particulier pour Boris Maslow, un architecte russe qui a passé l’essentiel de sa carrière à mettre en valeur le patrimoine islamique au Maroc dans l’entre-deux-guerres, ou pour Veneta Avramova-Charlandjieva, une architecte bulgare venue exercer en France et qui présente les lignes et les difficultés de sa pratique professionnelle. C’est parfois une vision centrée sur l’individu (au-delà de l’architecte) qui est mise en avant, à partir d’interviews, comme pour André Bruyère ou Marcel Lods, parfois au contraire l’ensemble de la carrière qui est balayé (Pierre Parat, Guillaume Gillet, Bernard Huet, Bernard Zehrfuss).

Certaines expositions présentent une coupe à travers les collections, autour de thématiques comme les représentations des architectes présents dans leurs archives (Portraits d’architectes), les relations entre l’architecture et le végétal (Du jardin au paysage), la place de la lumière dans l’architecture (Architecture et lumière).

Aujourd’hui plus que jamais, ces regards sur l’architecture du XXe siècle, souvent sous l’angle de l’approche individuelle d’un créateur, sont  des substituts à la visite temporairement impossible de la Galerie d’architecture moderne et contemporaine de la Cité de l’architecture et du patrimoine, ou de ses expositions.

 

Pour accéder aux expositions virtuelles de la Cité de l’architecture et du patrimoine, cliquez ici

 

Immeuble d’habitation, Klopstockstraße 14-18, Hansaviertel, Berlin, Pierre Vago, architecte, 1955-1958. Perspective de la structure avec intérieur d’un logement. © Fonds Pierre Vago. SIAF/Cité de l’architecture et du patrimoine/Archives d’architecture du XXe siècle


Siège social de l’agence Havas, 140 avenue Charles-de-Gaulle, Neuilly-sur-Seine, 1970-1973. Album « Havas », projet réalisé au sein de l’agence Andrault-Parat architectes. © Fonds Michel Andrault et Pierre Parat. Académie d’architecture / Cité de l’architecture & du patrimoine / Archives d’architecture du XXe siècle