La revue des nouveaux usages
et du pouvoir des lieux.

Haut

Deskopolitan Montparnasse, coworking végétal

Après les sites de Château-d’Eau et Voltaire, Deskopolitan ouvrira en 2021 son troisième espace au 83 boulevard Pasteur, à deux pas de la gare Montparnasse… Un espace de 2 600 m² pas comme les autres.

 

Le choix de Deskopolitan s’est une fois de plus porté sur un quartier en pleine transition. Montparnasse, hub de transport important, se relève doucement avec la réhabilitation successive des bâtiments emblématiques du périmètre. Une attractivité retrouvée et bienvenue. Toutefois, pour la marque propriétaire des murs sur chaque projet, ce choix audacieux devait s’accompagner d’un site à fort potentiel.

Carte blanche pour Kelkin, page blanche pour Deskopolitan

En avant-phase de travaux, c’est le lieu mis à nu que Deskopolitan a confié au street artiste Kelkin. Sur cette structure brute, des dizaines de labyrinthes peints en noir et blanc comme autant de possibilités pour chacun de trouver son propre chemin, sa propre voie jonchent désormais les parois de béton. D’ici quelques mois, cette œuvre éphémère laissera place à un nouvel espace de coworking, aujourd’hui un lieu au charme certain avec toutefois quelques contraintes.

La démarche architecturale est effectivement ambitieuse. Situé dans le socle de l’immeuble Pasteur fondé en 1965 par Jean Dubuisson, l’espace de 2 600 m² est constitué de plusieurs bâtiments aux surfaces et volumes hétérogènes. C’est à Dubuisson Architecture, et plus particulièrement à Thomas Dubuisson, petit-fils de l’architecte, qu’a été confiée la mission de révéler le potentiel de l’espace. Ce dernier a pris à cœur de réagencer les lieux et requalifier le rapport du site à la ville. Séquencer les volumes tout en créant une circulation fluide et des espaces de travail agréables, mais aussi optimiser la transparence de la structure en faisant pénétrer un maximum de lumière.

À terme, 298 postes de travail, sept salles de réunions, un forum de 49 places et un bar seront ainsi développés. Pour ce projet, Deskopolitan privilégiera des bureaux partagés (jusque 18 postes) qui correspondent davantage aux attentes des usagers et aux contraintes sanitaires actuelles.

Côté aménagement intérieur, l’agence Morey Smith, partenaire historique de Deskopolitan, a proposé un projet « sur-mesure » intégrant les spécificités des lieux, intégrant une touche artistique, hommage aux fresques qui ornaient les lieux précédemment. La réhabilitation conservera les intentions originelles du Jean Dubuisson comme l’étroitesse des fenêtres, les plafonds à caissons en béton ou encore les ouvrants à ventelles.

 

Au cœur, le jardin, le poumon du lieu

« Le projet devait s’ouvrir sur le jardin. » Tel est le souhait des cofondateurs Alexis Rebiffé et Paul Chevrillon. Plus que d’en faciliter simplement l’accès, volonté est d’ouvrir l’espace sur ce bassin de fraîcheur, faire la part belle aux 1 000 m² de végétation nichés dans cet îlot plutôt minéral et lui attribuer un usage. Ainsi, outre un espace de détente et de respiration confié au paysagiste Mutabilis, l’extérieur accueillera une cabane de réunion de 20 m², perchée sur pilotis.

L’intérieur du coworking ne sera toutefois pas en reste. Merci Raymond s’attachera à végétaliser les espaces de travail.

Végétalisation, politique environnementale, matériaux recyclés, économie d’énergie, outre un charme architectural, Deskopolitan Montparnasse teinte cette réhabilitation d’écoresponsabilité. L’enveloppe de travaux devrait avoisiner les 5 M€, de quoi faire de cette troisième adresse un lieu attractif pour une nouvelle cible de coworkers, les professionnels en déplacement et les télétravailleurs.

Crédits : perspectives : © Dubuisson Architecture, Photos : © Anne-Laure Alazard