La revue des nouveaux usages
et du pouvoir des lieux.

Haut
© Damien Aspe

« Cette ombre à la fenêtre c’est toi » (1 immeuble, 1 œuvre)

Depuis 2018, le Groupe Terrot est signataire du programme « 1 immeuble 1 œuvre » lancé par le ministère de la culture qui vise à promouvoir l’art dans le monde de l’immobilier, symbolisant ainsi son engagement à intégrer dans chaque projet une œuvre contemporaine française. Aujourd’hui, c’est sur le site de Labège (en périphérie de Toulouse), que le groupe a décidé d’installer l’œuvre la plus ambitieuse depuis sa signature de la charte : « Cette ombre à la fenêtre c’est toi » de l’artiste français Nicolas Daubanes.

Cette œuvre consiste en un dessin monumental en acier qui évoque un sous-bois et la cime des arbres, invitant le regard à s’élever pour transpercer le dessin et s’évader vers un imaginaire mystérieux. Nicolas Daubanes s’est ici inspiré de faits réels prenant place lors de la seconde guerre mondiale. Le 27 juin 1944, seize résistants sont extraits de la prison Saint-Michel de Toulouse pour être emmenés par un peloton de nazis SS dans le bois de la Reulle, au nord de Labège. Munis de pelles et de pioches, les nazis leur demandent de creuser leur tombe. Profitant d’un événement inattendu qui troubla la vigilance des sentinelles, un résistant, Jaïme Sodevila, réussit à s’échapper et à se cacher dans le bois. Au petit matin il trouve refuge dans une ferme où il est soigné. Nicolas Daubanes a choisi de titrer son œuvre par un vers tiré du poème « À la faveur de la nuit » (À la mystérieuse) de Robert Desnos, publié en 1926, qui fait écho à la nuit et à la mélancolie.

« L’esthétisme est une valeur que se partagent les univers de l’art et de l’immobilier. Sans prétendre devenir des musées d’art contemporain, les bureaux des entreprises offrent un vrai contexte aux œuvres d’art. Notre volonté est de proposer aux artistes une page blanche, où ils peuvent s’exprimer hors des supports et des espaces d’exposition habituels », explique Samuel Gelrubin, président du Groupe Terrot.

© Damien Aspe

Photos : © Damien Aspe