La revue des nouveaux usages
et du pouvoir des lieux.

Haut

Avec l’art pour fil conducteur, Ana Moussinet signe les espaces de services du Louvre Saint-Honoré

Après lui avoir confié l’aménagement des espaces de services du Washington Plaza, la Société foncière lyonnaise (SFL) sollicite de nouveau l’architecte Ana Moussinet. Son  terrain de jeu : conceptualiser 500 m² répartis entre les halls, le café lounge et les salles de réunion du célèbre édifice Louvre Saint-Honoré qui fait face au musée du Louvre. Des espaces qu’elle vient tout juste de livrer…

 

Ana Moussinet a imaginé des espaces multiformes et polyvalents, dans lesquels on peut tout autant se poser, se rencontrer, s’isoler ou travailler seul ou en petit groupe. Grâce à son savoir-faire, elle permet à ces usagers de cohabiter dans une même unité de lieu et de temps.

L’art est partout et s’impose dans cet environnement : le Louvre d’un côté, le ministère de la Culture avec son habillage métallique contemporain de l’autre – et demain la Fondation Cartier qui ouvrira ses portes en rez-de-jardin du bâtiment. Ana Moussinet a donc souhaité amener l’art à l’intérieur des espaces de bureaux et de services. Pour ce faire, elle a fait appel à la galeriste Amélie du Chalard.

 

Expressions artistiques

Ensemble, elles apportent une nouvelle écriture, celle d’un art plus abstrait, en choisissant deux artistes aux approches différentes : Jean Duruisseau et Delphine de Luppé. Jean Duruisseau dans l’expression d’une matière picturale évoquant la patine des murs antiques et la terre brute. Delphine de Luppé dans un dialogue entre photo et trait de bâton d’huile.

Les espaces de services prennent également vie grâce aux autres objets d’artistes : Kristian Sofus Hansen et Tommy Hyldahl, pour leur collection de vases ; Kethevane Cellard pour ses dessins…

 

Comme un tableau de Mondrian

Cet univers artistique crée d’ailleurs un fil conducteur entre ces différents espaces. Tel un point de repère, le palier d’entrée se pare d’une verrière composée comme un tableau de Mondrian. « J’ai travaillé la lumière à travers la verrière pour créer des scénarios différents au fil de la journée et avoir un havre de paix pour s’inspirer et se ressourcer », raconte Ana Moussinet. Stratégiquement placé au cœur du bâtiment, le café lounge est encadré par ses deux cours qui seront végétalisées. Au sol, le parterre aux teintes rouge et ocre s’accompagne d’une pierre grise taillée en chevron. Au même étage, s’y greffera un restaurant de 400 m² en 2023.

 

Des meubles sur-mesure  

Ana Moussinet a aussi imaginé et réalisé quelques pièces telles que trois sofas aux formes élancées, adossés à une lame de cuir naturel, réalisés par La Manufacture, ou encore une table basse en lave émaillée couleur aubergine. Les tissus nobles – cuir, velours, feutrines – confortent la dimension premium des lieux et octroient chaleur et confort. « Je voulais que ce lieu soit tourné vers l’humain et sa forme, avec des inspirations de Léonard de Vinci et de sa colorimétrie sanguine », résume Ana Moussinet.

 

 Photo : © Benoît Linero